Plages privées vous êtes pour ou contre?


Humeur / vendredi, juin 22nd, 2018

Les conditions d’attribution des plages privées dans le Sud de la France sont un sujet que je qualifierai de très sensible par ici. Je n’ai pas l’ambition pour ce premier post d’en débattre sérieusement (pas folle la guêpe! mais je le ferai un jour où l’autre c’est promis!). Aujourd’hui je vais juste me contenter de lancer le débat sur la nécessité (ou pas) d’implanter des plages privées tous les 500 mètres sur notre littoral Languedocien. 


Je suis née à une époque où les plages privées étaient chose rare. Il y en avait peu. Elles existaient sur la Riviera. Elles étaient fréquentées par des Stars et/ou des personnes fortunées (enfin on le supposait). Elles étaient le point de ralliement des personnes qui avaient les moyens de s’éviter de se trimbaler parasol et glacière. C’était un lieu pour les gens riches. Les autres, c’est à dire mes parents, fréquentaient d’autres plages, toutes les autres plages. Celles qui étaient accessibles à tous le monde. C’était la norme.

Plage publique dans les années 70.

Quelques années plus tard j’ai commencé à voyager à l’étranger et à fréquenter les plages privées des hôtels dans lesquels je séjournais.

Pour moi il n’y avait rien de perturbant à cela. Les hôtels étaient situés le plus souvent dans des lieux excentrés. Avoir une plage privée était perçu comme une nécessité. D’ailleurs pour moi ce n’était pas une plage privée mais la plage de l’hôtel (!?). Elles n’empiétaient pas sur  le domaine publique. Enfin je ne le percevais pas comme cela. De temps en temps le vigile d’un de ces hôtels faisait partir les camelots qui essayaient de franchir la ligne. Rien de choquant. C’était pour le bien et la tranquillité des clients. C’était chouette, je me retrouvais moi aussi du coté des privilégiés. Et puis, je dois l’avouer, je n’avais pas toujours envie de fréquenter la population locale. Sans doute par crainte de l’inconnu. Il n’est pas toujours facile d’aller vers ce que l’on ne connais pas.

« j’ai balayé cette désagréable impression par le fait que j’étais à l’étranger »

Et puis un jour je me suis retrouvée dans un hôtel où, de part et d’autre de la belle plage aux transats alignés, avaient été installé des barrières grillagées d’au moins deux mètres. De l’autre coté il y avait des familles venues passer la journée avec leur parasol et leur glacière… et des adolescents qui n’avaient de cesse de vouloir passer ce mur. Deux vigiles étaient chargés de les refouler. Eux mais aussi tous ceux qui tentaient de passer au bord de l’eau pour rejoindre l’autre partie de la plage. Je me suis alors rendue compte que j’occupais agressivement une partie de LEUR plage. Cet épisode m’a troublé et même gêné. Le complexe de l’imposteur. Mais j’ai balayé cette désagréable impression par le fait que j’étais à l’étranger… et que chez moi en France ce n’était pas pareil.

Plage privée Nice

Jusque là réservées à la Cote d’Azur et à la Corse, les années 90 ont vu l’explosion de ces plages privées sur le littoral languedocien. Au départ il n’y en avait que quelques unes dispersées ça et là. Je trouvais ça étrange, voir rigolo de voir ces personnes se précipiter sur un transat à 15F (nous n’étions pas encore passé à l’euro!). Et puis le phénomène s’est accentué.
Les grands acteurs de l’économie régionale ont investi dans des paillotes. Elles ont poussé comme des champignons. Souvent les unes à coté des autres.

Plage du grand travers, Carnon

La plage de mon enfance, celle du grand travers située entre Carnon et la Grande Motte, lieu oh combien symbolique pour les Montpellierains, était devenue une forêt de transats! (bon j’exagère un peu mais c’était pas loin!).

Et là mon sang n’a fait qu’un tour! Non mais où va-t-ton? de quel droit m’interdirait-on de m’installer à l’endroit de mon choix sur MA plage?
Pour moi la plage est à tout le monde. Pourquoi imposerait-on à mon champ visuel qu’il soit pollué par une forêt de transats? Ou pire que mes oreilles ne soient plus bercées par le mouvement des vagues mais agressées par une musique dite « d’ambiance ».

Plage privée

Bon on ne va pas se mentir, je fréquente de temps en temps ces paillotes l’été pour aller dîner ou prendre un verre. Mais je n’ai jamais passé le cap d’y passer une journée. Ok j’habite déjà à 50 mètres de la plage mais une telle idée me dérange. La plage devrait-être un lieu de rassemblement et pas de division. Les plages privées officialisent votre statut de personne privilégiée et peuvent-être source de frustration pour ceux qui voudraient bien mais qui ne peuvent point. Cela me ramène à ces adolescents qui essayaient par tous les moyens de franchir ce fameux grillage.

« Après tout les plages privées rapportent de l’argent »

Dans un monde ou tout n’est qu’affaire de gros sous cette réflexion n’a peut-être pas lieu d’être. Après tout les plages privées rapportent de l’argent aux communes et donnent du travail. Elles font à présent partie du paysage local et il est fort à parier que plus personne ne s’imagineraient aujourd’hui passer un été sans fréquenter une paillote.

Pour l’instant je fais de la résistance et je m’applique à apprécier la plage dans sa version première. La démolition des paillotes en dur au profit des démontables me rassurent un peu. Mais près de chez moi un hôtel/Spa de luxe a été construit à deux pas de la mer alors que je pensais que la loi littoral l’interdisait….

Mais je m’éloigne du sujet, et vous, vous êtes plutôt plage privée ou plage à papa? camionnette au bord de la route ou restaurant haut de gamme?

K.H./..

4 réponses à « Plages privées vous êtes pour ou contre? »

  1. Sujet O combien d’actualité à la Réunion ou j’habite. Dans la plus grande station balnéaire de l’ile (l’Hermitage), des « paillottes » en dur occupent une plage qui se réduit d’année (montée des eaux, cyclones…). Leur autorisation d’occupation du territoire arrivant à expiration,la mairie,la région, la préfecture se renvoient la balle pour savoir quiaura la lourde charge de faire appliquer la loi.

  2. Il faut interdire ces plages privées. Du moins qu’elles n’empietes pas sur la plage qui est du domaine publique et qui appartient à tous. De plus j’ai de gros doutes qu’en à l’hygiène egout ,eaux usées, toilettes. Je ne vais plus sur la côte d’Azur à cause de cela.

    1. La cote d’azur c’est l’enfer pour ça!!! Malheureusement j’ai peur que les habitudes soient aujourd’hui trop encrées pour pourvoir inverser la tendance de la facilité à tout prix. Et oui c’est compliqué pour certain de se trimbaler son parasol et sa glacière!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.