Les douches de plage remises en question


Humeur / vendredi, juin 29th, 2018

La municipalité de Treilles (P.O) a décidé de supprimer les douches de plage pendant la saison estivale. Et ce, « dans une démarche d’économie et de préservation de l’eau douce. » C’est en découvrant cette information que la question de l’utilité des douches de plage m’a interpellé. 


Les douches de plage font partie du décor estival. C’est le « petit plus » qui peut rendre une plage un tantinet plus « Sexy ». C’est ce qui fait actuellement la différence. Des cartes de plages avec douches font même leur apparition sur le net. Au même titre que les postes de secours, la surveillance  et le label pavillon bleu. Elles deviennent incontournables, voire indispensables.

Seulement voilà, installer des douches de plage n’est pas une action anodine. Elle implique un coût monétaire et écologique pour les communes qui peuvent prendre des proportions déraisonnables. A l’heure où la question de l’eau, et de sa raréfaction, suscite une inquiétude mondiale, implanter des douches de plage me semble totalement irresponsable.

« 5 Millions de litres d’eau potable économisés »

En effet, la consommation des douches de plage de l’ensemble de la commune de Saint-Gilles-Croix-de-Vie en Vendée, représentait en 2016 environ 5.000 m3 par an. La ville a donc choisi de s’en passer et réalise au passage une économie de cinq millions de litres d’eau potable. Ce sera deux millions de litres pour la commune de Toreilles, soit la consommation de huit familles de cinq personnes pendant un an!

Une campagne d’affichage a été mise en place sur les plages, à chaque poste de secours ou encore à l’office de tourisme. La commune Vendéenne a voulu ainsi sensibiliser le grand public à cette démarche écologique et économique.

Toutefois au-delà des économies de ressource recherchées, il est également pointé du doigt les mésusages constatés de ces douches. Des abus fréquents et très peu réprimandés. Sérieusement qui n’a jamais remarqué ces enfants jouer tout un après-midi avec l’eau ou ces adultes qui confondent douche de plage et douche privée. Ils viennent avec leur shampoing et gel douche, principal facteur de pollution des espaces naturels estivaux.

Cette décision va permettre également à la ville de Toreilles de réduire sa facture en eau de 5.000 euros ce qui n’est pas négligeable!

Mais bien que l’argument aussi bien économique qu’écologique soit percutant il n’a pas réussi à  convaincre les esprits récalcitrants.

« 65,7 % des personnes interrogées sont favorables au maintien des douches de plage »

Le combat n’est pas gagné. Un sondage effectué en Mai 2017 par le journal Sud-Ouest portant sur la pertinence de la présence de douches de plage a refroidi toutes les ardeurs à ce sujet. Sur 2700 sondés, 65,7% des personnes interrogées sont favorables à leur maintien.

Alors vous-en pensez quoi? D’un coté il y a un confort auquel il nous faut renoncer. De l’autre il y a une planète de plus en plus assoiffée. Je suis d’accord avec vous, les douches de plage ne sont que l’arbre qui cache la forêt. N’empêche, est-ce si terrible d’attendre de rentrer chez soi pour se débarrasser du sel qui tiraille la peau. C’est pourtant ce que l’on faisait il n’y a pas encore si longtemps. Et oui la mer ce n’est pas une piscine!

Pour ménager tout le monde, il serait peut-être judicieux de réfléchir à des alternatives qui pourraient satisfaire à la fois l’estivant et l’écologiste. Le dessalement et/ou le recyclage de l’eau ou la mise en place de détecteur de présence sur les douches sont peut-être des pistes.

Mais si l’on commençait tout simplement par lutter contre les incivilités et l’incivisme?!

K.H./..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.