COMMENT RENDRE SON TRAVAIL INTERESSANT ?

Après plusieurs mois d’attente vous avez fini par décrocher un job. Pas celui que vous souhaitiez, pas celui qui vous enthousiasme le plus, pas celui qui coche toutes les cases de vos compétences ni de vos prétentions salariales. Bref un job dit « alimentaire » qui va toutefois vous permettre de payer votre loyer et vos factures en retard.

Cette situation vous déprime, vous voyez tout en noir et doutez de vos capacités à accepter et gérer une telle situation? Voici quelques stratégies à adopter pour transformer cette déconvenue en une réelle opportunité.

Certes vous n’aviez pas envisagé l’aboutissement de vos longues études ou votre reconversion pro sous cet angle. Mais le fait est, qu’il vous a fallu faire un choix entre vos aspirations et votre réalité du moment.

Non pas qu’il faille les abandonner, c’est juste que, là, vous avez des priorités et des besoins qui nécessitent que vous les adaptiez au contexte présent.

N’y voyez aucun échec, au contraire, vous avez surement fait le bon choix. Tout le monde n’a  pas la possibilité de vivre de ses rentes.

Mais voyez –vous, ce qui peut paraitre, au premier abord, comme une voie de garage, un naufrage intellectuel, pire un renoncement peut se révéler être une très bonne opportunité d’apprendre et se surpasser.

Je suis d’accord avec vous, rendre son travail intéressant peut parfois  constituer un véritable défi, mais l’enjeu n’est pas des moindres ! Nous passons une grande partie de notre vie au travail et, pour beaucoup, le subissons plus que nous l’apprécions.

Est-ce pour autant une fatalité ? Je ne le crois pas, nous pouvons tirer du bénéfice de toutes les situations pourquoi pas de celle-là ?

Quelle est alors la solution ? …. Upgrader, tout simplement, la vision que l’on se fait de son travail !

Le Bore-Out, l’ennemi à abattre

Lorsque vous ne trouvez aucun intérêt à votre travail et, qui plus est, qu’il n’est composé que de tâches ennuyeuses ou répétitive, le bore-out* (comprenez l’overdose d’ennui) peut pointer son nez.

Ce syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui vous pousse à adopter deux attitudes :

Vous étirez vos tâches dans le temps (une tâche qui ne dure qu’une journée est étalée sur une semaine), en perdant du temps volontairement à vous divertir sur le net, ou en conversation avec les collègues.

Vous faites semblant de travailler dur en faisant du présentéisme, tout en vous occupant de vos mails personnels ou de rêvasser à vos prochaines vacances.

Sur le long terme cela peut dégénérer en dépression, idées noires avec en plus l’angoisse d’être découvert par votre supérieur. Fort heureusement, il y a des solutions.  

Il s’agit, ici, de refuser de s’enfermer dans une logique victimaire.

-> Ok vous avez un master II d’anglais et vous travaillez chez Mc Do.

-> C’est sûr votre bilan de compétence vous orientait vers le management et vous vous retrouvez… managé.

-> Oups vous travaillez chez un pépiniériste alors que vous détestez être en extérieur.

-> C’est d’accord les enfants vous soulent et vous êtes devenue animatrice /teur périscolaire !

Bon, on ne va pas se mentir, Ce n’est pas cool…mais pas non plus désespéré.

Parce que Oui cela ne ressemble pas franchement à ce que vous vous souhaitiez, au plan d’action que vous aviez établit mais la vie nous fait parfois passer par des chemins de traverse qui, s’ils sont optimisés, peuvent nous faire gagner du temps.

Ne perdez jamais de vue le POURQUOI ?

Vous avez accepté un travail mal payé, sous qualifié, à 1h de chez vous ou dans une autre région loin de votre famille, en horaire de nuit, dans un autre secteur que le votre….vous l’avez fait pour une raison. La vôtre.

Cette raison c’est votre boussole. C’est elle qui va vous permettre d’accepter la situation et vous faire évoluer positivement dans votre parcours professionnel.

Ce « Pourquoi » correspond à votre quête de sens.

Que ce soit pour obtenir un CDI, vous stabiliser professionnellement, payer votre loyer, être autonome, reprendre une place dans la société, revenir ponctuellement au « pourquoi » va vous permettre de retrouver les raisons qui vous ont conduit à ce job et vous sera peut-être d’une grande utilité le jour où vous serez tenté de tout faire valdinguer.

-> D’où l’importance de bien peser le pour et le contre avant de faire le choix d’accepter ou non un poste hors-cadre.

Soyez toujours dans une optique d’évolution, d’apprentissage

Sans nul doute, l’une des principales causes de démotivation au travail est cette impression de ne rien tirer intellectuellement de son activité professionnelle.

Vous avez peut-être une formation, des diplômes, une expérience qui ne vous sert à rien dans ce nouveau job. Vous avez donc l’impression de régresser. Vous vous sentez dévalorisé.e. A quoi bon vous investir puisque cela ne correspond en rien à ce pour quoi vous vous étiez destiné.e.

C’est ce sentiment de déception  qui enlève tout son sens aux tâches que vous réalisez. C’est pour cette raison, qu’il est important de toujours rester dans une optique d’évolution. De toujours chercher à s’améliorer, à apprendre, d’être maître de sa trajectoire professionnelle et non de la subir.

Subir ne sert à rien et surtout n’avance à rien !

Il est en effet essentiel de travailler pour ce qui a un sens pour nous, de toujours acquérir de nouvelles compétences et de pouvoir les mettre en œuvre.

Mais il est également épanouissant de pouvoir les enseigner à d’autres, d’aider des collègues à comprendre et à maîtriser à leur tour certaines techniques ou connaissances. Quoi de plus valorisant que de partager son savoir ?!

Aider une collègue à réaliser son tableau Excel, se rendre disponible et offrir une  séance de yoga (votre passion) à vos coéquipiers, mettre à profit votre  ancienne formation de gestion des conflits pour en éviter un autre…

Il s’agit ici d’expériences enrichissantes et très valorisantes. Etre celui ou celle qui va expliquer quelque chose, qui peut vous paraître évident, à quelqu’un qui n’y connaît rien, vous permettra d’acquérir un autre regard sur une situation et parfois même vous démontrer qu’il vous reste toujours des points à découvrir.

Challengez votre quotidien

Il y a bien des tâches dont vous avez fait le tour, par rapport auxquelles vous n’avez plus rien à découvrir mais que vous ne pouvez mettre de côté tandis que, si ennuyantes soient-elles, elles n’en sont pas moins nécessaires dans votre travail.

L’idée est alors d’ajouter du challenge à ces tâches rébarbatives en vous focalisant sur un aspect bien précis de celles-ci afin d’y trouver un quelconque intérêt. Comme dit précédemment, l’important est de ne pas stagner ! Même si le défi est banal et que l’expérience que vous en retirez paraît négligeable, cela vous aidera malgré tout à donner du sens à votre travail.

Par exemple, si vous tapez au clavier tous les jours mais n’utilisez que 4 ou 5 doigts, essayez d’apprendre à taper de manière plus efficace, en ne bougeant presque plus vos mains et en mettant tous vos doigts à contribution. Vous allez notamment gagner en rapidité et cela pourra vous servir même en dehors de votre travail.

Jouez un rôle, faites comme si…

Devenez actrice/teur de votre vie pro. Au lieu de vous morfondre changez de point de vue et optez pour la méthode Actor studio !

Aujourd’hui vous serez commercial, préparatrice de commande, livreur, taxi, serveuse, secrétaire, magasinier….. et vous allez vivre votre job comme si vous étiez une star de cinéma.

Comprenez, ce travail non choisi, non désiré, non ou mal aimé ne dit rien de vous. Il ne vous définit pas si vous savez ne pas vous y enfermer.

Ce n’est qu’une étape dans votre parcours pro qui en connaitra beaucoup d’autres. Ne vous minez pas. Cela n’en vaut pas la peine. Voyez tout cela comme une préparation à autre chose. Un tremplin vers ce pour quoi vous êtes fait.es. Et puis, entre nous, maintenant que vous y êtes investissez-vous à minima cela vous fera passer le temps!

Alors AMUSEZ-VOUS à tenir ce rôle et faites-le dans les règles de l’art, à savoir professionnellement!

Intéressez-vous à votre entreprise et à vos collègues

L’ambiance joue un rôle très important dans le moral au travail. Même les pires tâches peuvent paraître un peu moins désagréables lorsqu’elles sont réalisées au sein d’une équipe qui respire la bonne humeur. Donnez de l’importance aux détails : un sourire humble, une simple question pour montrer de l’intérêt etc…

N’hésitez pas à faire connaissance avec de nouvelles personnes dans votre entourage professionnel, investissez de votre temps et les autres finiront par vous rendre la pareille : leur estime et leur écoute contribueront fortement à la qualité de votre environnement social !

Cela dit, votre intérêt ne doit pas se limiter à vos collègues ; il doit aussi se porter sur votre entreprise. Dans un premier temps parce qu’il est davantage motivant d’avoir toutes les informations nécessaires sur les projets auxquels on participe ; de savoir exactement ce que l’on doit faire et dans quelles circonstances.

Mais aussi pour comprendre l’intérêt de son travail et en maîtriser la réalisation. Et enfin, parce que si vous posez des questions à votre hiérarchie, vous faites preuve d’implication dans votre job et vous montrez ainsi du professionnalisme.

 

Négociez vos tâches avec votre employeur

Malgré les conseils donnés plus haut, certaines tâches peuvent demeurer à la fois absurdes et dévalorisantes pour vous, notamment parce qu’elles sont en négation même avec vos compétences.

Cela est souvent le cas pour des personnes recrutées à un certain niveau d’études et/ou de compétences et qui se retrouvent à réaliser un travail dévalorisant compte tenu de leurs connaissances et de leur expérience.

Bref, vous ne voyez jamais l’aboutissement de votre travail, ce dernier n’a aucun sens et malgré vos efforts, vous êtes incapable d’en retirer la moindre valorisation. Vous souffrez alors de brown-out* et devez envisager des solutions plus radicales.

Il ne faut pas hésiter à en discuter avec sa hiérarchie. Il ne s’agit pas de se plaindre, de déclarer que vous n’en pouvez plus. Préférez démontrer que l’entreprise vous intéresse, que vous souhaitez jouer un rôle plus important dans sa réussite. Expliquez à votre manager que vous seriez bien plus performant si vous pouviez vous focaliser sur des tâches essentielles et intéressantes, requérant votre expertise.

Trouvez un sens à ce que vous faites

Ok vous détestez ce job d’hôtesse de caisse, mais par votre sourire, par votre accueil, par la manière dont vous avez su désamorcé une difficulté vous avez peut-être rendu la vie moins pénible à au moins une des personnes que vous avez rencontré.

Peut-être même avez-vous été la SEULE personne qui lui a fait un sourire, qui lui a parlé.

Votre attitude, vos talents, votre expérience, tout ce que vous êtes apporte forcément quelque chose à l’autre. Même si vous n’en avez pas forcement conscience, c’est un fait qui s’inscrit pleinement dans nos relations interpersonnelles.

De ce fait, même si votre ego pense que votre carrière professionnelle n’a aucun sens et ne mène nulle part, sachez qu’il se trompe car par le biais d’un simple « bonjour » vous êtes capable d’embellir la vie des autres.

Faites comme Albert!

Albert Einstein a commencé sa carrière professionnelle non pas dans un éminent institut, mais dans un obscure bureau à l’office des brevets de Berne. Ce très modeste emploi lui a permis de vivre correctement tout en lui permettant de poursuivre ses travaux personnels. 

Toute son énergie psychologique et intellectuelle n’était pas axée sur ce travail ingrat et inintéressant mais sur ses propres recherches. La charge mentale liée à l’obligation de devoir subvenir aux besoins de sa famille a été désamorcé par cet emploi et il a pu ainsi se projeter sur ce qui faisait sens pour lui et ainsi fortifier les bases qui lui permettront de devenir le génie que nous connaissons tous.

Faites-en de même, arrêtez de faire une fixation sur ce job qui ne vous convient pas, voyez-y l’occasion de vous délester d’un fardeau économique et profitez-en pour imaginer et repenser votre avenir.

Vous n’êtes pas marié à votre job, il ne tient qu’à vous d’en changer!

Respectez votre travail

Partez toujours du principe que ce n’est pas parce que l’on a pris ce travail par défaut qu’il faut le dénigrer ou pire mal l’exécuter.

Un « mauvais » travail pour les uns peut être un « job de rêve » pour un autre.

->Soyez conscient qu’il est fort possible que vous viviez le rêve d’un autre.

->Respectez la confiance que l’on a mise en vous. Après tout, votre employeur vous paie et il ne vous oblige pas à rester dans son entreprise. Donc faites en sorte de réaliser votre mission correctement. C’est la base, et vous verrez vous en ressortirez gratifié.

Et si malgré tout, il s’avère que vos tâches restent incompatibles avec vos compétences et connaissances, si votre travail ne vous correspond définitivement pas, il peut être pertinent de considérer que vous gâchez peut-être votre potentiel et qu’il est temps de vous envoler pour une autre aventure pro en prenant bien conscience que le temps que vous avez passé dans ce job n’a pas été vain.

Vous aurez à coup sûr appris sur vous, sur le travail effectué, sur la vie en entreprise, sur ce secteur d’activité. Vous aurez rencontré d’autres personnes et aurez constitué un réseau qui pourra à court ou long terme vous être très utile.

*brown-out: perte de sens